Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Contact

  • : Mémorial du wagon de la déportation
  • Mémorial du wagon de la déportation
  • : Pérenniser la mémoire de la déportation par le transport ferroviaire par la réalisation d'un Mémorial devant avoir pour bases deux wagons conformes à ceux utilisés au départ de Compiègne entre 1942 et 1944. Dans le respect absolu de la vérité historique, qui n'est pas le cas actuellement.
  • Contact

Présentation

  • Gérard BOCQUERY
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.

 

 

 

 

 

0001

 

 

La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu'un individu. (Ferdinand LOT)

 

____________________________________

MduWeb banniere 120.60

 

 

 

Click for Compiègne, France Forecast
 
 __________________
Le contenu de ce site
est protégé par la loi

sceau1anreproduction
rigoureusement
interdite


Droits d'auteur déposés
enregistrement
n° 00047937

Copyright Gérard BOCQUERY
__________________________
 

 

 

 

.
 

Recherche

CNRD

2016-2017

CLIC ICI

 


CONVOI DE NUIT

 

PLUS JAMAIS CA !

120px-Red triangle French svg

N'OUBLIONS JAMAIS !

convoi-arriv-e-de-nuit-wagon.jpg

 

 

 

croix de lorraine le déporté

Pensez à votre référencement gratuit.

Agenda

 

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

 

 

C N R D 

 

 

 

 


~~

 

 

 

 

 

 

 
18 juin 1940 - 18 juin 2017
18 juin de gaulle77ème anniversaire

 

______________________________

 

 

 

Convoi-du-15-mars-1943.jpgN'OUBLIONS JAMAIS !


______________________________

 

 

 

 

-

 

CONDAMNATIONS d'Alain Lorriaux & de l'Association

Mémorial du Wagon de la Déportation

 

TGI - Condamnation en derniere instance du 5 septembre 2013

 

TGI - Condamnation du 6 mai 2014

__

Derniers Articles Publiés

  • Congrès 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR
    Les CONGRES NATIONAUX 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR ont lieu du 30 juin au 3 juillet à GRENOBLE Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de Disparus Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance
  • 77ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940
    DIMANCHE 18 JUIN 2017 Commémoration dans toutes les communes de France du 77ème anniversaire de L'APPEL HISTORIQUE DU GENERAL DE GAULLE à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi. Le 19 mars 2006 a été publié au Journal Officiel n°...
  • Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation
    MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DU SOUVENIR DES VICTIMES ET HEROS DE LA DEPORTATION DIMANCHE 30 AVRIL 2017 Comme chaque année, ce dernier dimanche d'avril est consacré à la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation. La tragédie...
  • Congrès annuel de l'Amicale Nationale des Déportés Tatoués du Convoi du 27 avril 1944
    Philippe MARINI, Maire de Compiègne, Sénateur honoraire de l'Oise ; Joël DUPUY de MERY, Conseiller en charge des Relations avec l'Armée et les Associations patriotiques ; Danièle BESSIERE, Vice-Présidente de l'Amicale et Christophe DHAM, Vice-Président...
  • CNRD 2016-2017
    Comme chaque année, le site internet de l'UNADIF propose, aux élèves et aux enseignants, de nombreuses brochures d'aide à la préparation du concours L'épreuve individuelle (devoir sur table) aura lieu le vendredi 24 mars 2017 Rendez-vous sur le site UNADIF...
  • TRES BONNE ANNEE 2017
    Chères Amies, chers Amis, recevez mes meilleurs voeux pour l'année 2017 qui commence
  • Cérémonie au Mémorial de la France combattante
    SURESNES Dimanche 30 octobre 2016 Pas moins de 118 Drapeaux présents, lors de cette très émouvante cérémonie organisée par MEMOIRES DU MONT VALERIEN. 3 Drapeaux UNADIF-FNDIR étaient présents, 2 de l'Oise et 1 des Hauts-de-Seine. A l'année prochaine.....
  • Cérémonie à la Stèle FFI
    72ème anniversaire : Hommage aux Combattants de la Résistance tombés au cours des actions qui ont précédé la Libération de la ville de Compiègne en août 1944. Dimanche 28 août 2016 - 11 heures : Dépôt de gerbes et Appel des Morts au Monument des Résistants...
  • Congrès nationaux 2016
    Les deux grandes associations nationales de Déportés en congrès L'Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (UNADIF) et la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (FNDIR) Les congrès nationaux...
  • Les convois de la souffrance
    Sur une initiative des associations UNADIF - FNDIR, un projet de donner mémoire à un lieu de la barbarie nazie fut soutenu par le secrétariat d'Etat à la Défense, en charge des Anciens Combattants et de la Mémoire, par la municipalité de Novéant-sur-Moselle...

Histoire Et Evenements

Pour me contacter

3 moyens

pour me contacter :

1)- LE LIVRE D'OR est
à votre disposition
plus bas

2)- Rendez - vous plus haut, dans le module :
CONTACTEZ - MOI


3)- Vous pouvez aussi

ECRIRE UN COMMENTAIRE
 au bas de chaque article.

  ------

 

N'hésitez pas à

Inscrire vos commentaires,

remarques ou suggestions.

Prendre contact.

Poser des questions.

  Etc...

 

.

 

 

Ajoutez votre site  

 

 

 

 

____________

 

W

 

 

 

Catégories

LE LIVRE D'OR

pays des visiteurs

free counters

 

 

d'octobre 2009 à aujourd'hui

plus de 205 000 visiteurs de 147 pays

GRAND MERCI à toutes & à tous

 

 

 

-

 

 

 memorial wagon deportation
memorial wagon deportationmemorial wagon deportation arte passion
Arte Passion

---

 

 

 

MduWeb banniere 120.60 TOP DES SITES DANS LE MONDE Votez pour ce site

/ / /

Février 2010

 

 

 

17

 

 

 

 

 

Transport parti de Compiègne le 22 mars 1944

et arrivé au KL Mauthausen le 25 mars 1944

 

Effectif recensé : 1 218 hommes

Matricules extrêmes : 5947960696

 

Situations :

Décédés et disparus en déportation : 640 (52,5 %)

Rentrés de déportation : 534 (43,8 %)

Situations non connues : 44 (3,6 %)

 

 

 

 

Après presque deux mois d’interruption due au fait que le camp de

Compiègne s’est vidé d’une grande partie de ses détenus en janvier 1944 en

trois transports importants d’hommes vers le KL Buchenwald et en un transport

de femmes vers le KL Ravensbrück, la déportation massive au départ de

France reprend vers les KL en Allemagne.

Ce départ est le premier de l’année 1944 vers le KL Mauthausen, un

second transport de près de 1500 personnes étant également dirigé vers ce

camp, deux semaines plus tard, le 6 avril 1944. La déportation vers ce camp

répond certainement, alors, à un besoin de main-d’oeuvre accru des usines

dépendant du complexe de Mauthausen, pour soutenir l’effort de guerre

allemand. Seuls deux autres transports sont partis de Compiègne en avril

1943 avec chacun près de 1 000 déportés.

Si les 1218 hommes recensés sont regroupés à Compiègne avant

d’être déportés, ils n’ont pas tous été arrêtés dans les mêmes conditions,

au même endroit et au même moment. Deux grandes phases peuvent

être distinguées au sujet des dates d’arrestation connues : d’une part,

plus de 54 % sont effectuées lors des mois de janvier et février 1944, et,

d’autre part, 26 % ont lieu entre fin 1940 et fin 1942. Cette dernière

période correspond presque exclusivement à l’arrestation de militants

communistes, soit individuellement, soit au sein de groupes départementaux

du Front National. Ainsi, les départements de la Seine, du

Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Saône-et-Loire et la région du Nord-

Pas-de-Calais, ont connu de nombreux démantèlements d’organisations

communistes. Si un nombre important de personnes se retrouvent

déportées en mars 1944, cela s’explique par leur parcours d’internement :

en effet, avant Compiègne, elles sont incarcérées dans plusieurs établissements,

comme Douai ou Doullens pour ceux du Nord-Pas-de-Calais,

Fontevrault et Clairvaux pour d’autres. Mais, toutes ont la particularité

d’être à un moment passées par la Centrale de Blois, dont une partie des

détenus est transférée à Compiègne en février 1944, d’où ils sont

déportés un mois plus tard.

S’agissant des personnes arrêtées plus tard, elles le sont dans des circonstances

diverses. Des résistants figurent en nombre élevé. Ils sont arrêtés, soit

comme faisant partie d’un groupe dénoncé et démantelé, soit comme

maquisards : en Haute-Garonne, en février 1944, au moins 5 militants FTPF

sont arrêtés sur dénonciation de leurs activités d’impression de tracts ; dans le

département de l’Isère, en janvier 1944, au moins 5 résistants des groupes

francs de l’Armée Secrète sont appréhendés, de la même manière, par la

Gestapo ; des résistants du réseau Buckmaster sont arrêtés dans plusieurs

départements, dont la Saône-et-Loire en février 1944. En Haute-Savoie et dans

le département de l’Ain, les Allemands mènent, à partir de janvier 1944, des

opérations militaires contre certains maquis. Outre les maquisards faits prisonniers,

ces opérations ont des conséquences sur la population des villages

concernés : des rafles de représailles conduisent à la déportation des

personnes arrêtées comme otages. Ainsi, dans l’Ain, au moins 50 hommes

des communes d’Oyonnax, Génissiat, Nantua sont réunis et emmenés à

Compiègne. Par ailleurs, dans le Morbihan, à Loyat, des habitants du village

sont arrêtés en représailles à un attentat perpétré contre un officier allemand,

en janvier 1944. Enfin, signalons le cas d’au moins une quinzaine de personnes

arrêtées à Grenoble (Isère) à la suite d’une manifestation commémorative le

11 novembre 1943.

Le destin de ces déportés est assez précisément connu à partir de leur

entrée au KL Mauthausen. La très grande majorité (82,2 %) reste dans le

complexe de Mauthausen, soit au camp central, soit dans des Kommandos

de travail. Des transferts massifs vers ces derniers sont connus : au moins

480 hommes de ce transport sont transférés vers le Kommando de Gusen,

soit 40 % de l’effectif total ; 120 vers celui de Wiener-Neudorf, 90 à Loibl-

Pass ; 83 à Linz III, 62 à Melk, 55 à Passau II et 21 à Ebensee. Signalons

aussi le transfert spécifique de 82 hommes vers le château d’Hartheim, entre

juillet et décembre 1944, où ils sont aussitôt gazés. Le besoin de main-d’oeuvre

évoqué ci-dessus pour expliquer la déportation de ces 1218 hommes se

concrétise donc par l’affectation d’un nombre important de détenus dans les

Kommandos de Mauthausen, où sont installées de nombreuses usines d’armement.

Les transferts vers d’autres KL sont relativement peu nombreux. Le seul

significatif pour ce transport est celui parti le 1er décembre 1944 vers le KL

Auschwitz. C’est un transport de 1 120 détenus non juifs, dont 248 Français.

La liste originale de ce transfert, classée par corps de métiers, confirme à

nouveau des besoins de main-d’oeuvre. 37 hommes partis de Compiègne le

22 mars sont recensés dans ce transport et immatriculés au KL Auschwitz dans

la série des « 201000 ».

Un taux de décès relativement supérieur à celui de la majorité des autres

transports massifs vers les KL en Allemagne peut être constaté. Cela s’explique

par les conditions de travail difficiles dans les Kommandos de travail dépendant

de Mauthausen. Ainsi, 258 décès sont enregistrés à Gusen, soit 21,2 % de

l’effectif total du transport ; 82 déportés sont gazés à Hartheim, soit 6,7 % ;

enfin, 133 sont recensés comme décédés au camp central de Mauthausen

(10,9 %).

Concernant les rescapés, il faut signaler le cas d’au moins 7 libérations par

la Croix-Rouge suisse, le 23 avril 1945. Les autres rentrés sont en majorité

libérés du KL Mauthausen ou de ses Kommandos, les 5 et 6 mai 1945.

 

 

 

Guillaume Quesnée

 

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

 

Ces pages sont extraites du :


 

LIVRE-MEMORIAL

des déportés de France

arrêtés par mesure de répression

et dans certains cas par mesure de persécution

1940-1945

 

 

 

Fondation pour la Mémoire de la Déportation

 

 

 

 

 

copyright 2004 - Editions Tirésias

Partager cette page

Repost 0
Publié par