Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Contact

  • : Mémorial du wagon de la déportation
  • Mémorial du wagon de la déportation
  • : Pérenniser la mémoire de la déportation par le transport ferroviaire par la réalisation d'un Mémorial devant avoir pour bases deux wagons conformes à ceux utilisés au départ de Compiègne entre 1942 et 1944. Dans le respect absolu de la vérité historique, qui n'est pas le cas actuellement.
  • Contact

Présentation

  • Gérard BOCQUERY
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.

 

 

 

 

 

0001

 

 

La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu'un individu. (Ferdinand LOT)

 

____________________________________

MduWeb banniere 120.60

 

 

 

Click for Compiègne, France Forecast
 
 __________________
Le contenu de ce site
est protégé par la loi

sceau1anreproduction
rigoureusement
interdite


Droits d'auteur déposés
enregistrement
n° 00047937

Copyright Gérard BOCQUERY
__________________________
 

 

 

 

.
 

Recherche

CNRD

2016-2017

CLIC ICI

 


CONVOI DE NUIT

 

PLUS JAMAIS CA !

120px-Red triangle French svg

N'OUBLIONS JAMAIS !

convoi-arriv-e-de-nuit-wagon.jpg

 

 

 

croix de lorraine le déporté

Pensez à votre référencement gratuit.

Agenda

 

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

 

 

C N R D 

 

 

 

 


~~

 

 

 

 

 

 

 
18 juin 1940 - 18 juin 2017
18 juin de gaulle77ème anniversaire

 

______________________________

 

 

 

Convoi-du-15-mars-1943.jpgN'OUBLIONS JAMAIS !


______________________________

 

 

 

 

-

 

CONDAMNATIONS d'Alain Lorriaux & de l'Association

Mémorial du Wagon de la Déportation

 

TGI - Condamnation en derniere instance du 5 septembre 2013

 

TGI - Condamnation du 6 mai 2014

__

Derniers Articles Publiés

  • Congrès 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR
    Les CONGRES NATIONAUX 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR ont lieu du 30 juin au 3 juillet à GRENOBLE Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de Disparus Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance
  • 77ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940
    DIMANCHE 18 JUIN 2017 Commémoration dans toutes les communes de France du 77ème anniversaire de L'APPEL HISTORIQUE DU GENERAL DE GAULLE à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi. Le 19 mars 2006 a été publié au Journal Officiel n°...
  • Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation
    MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DU SOUVENIR DES VICTIMES ET HEROS DE LA DEPORTATION DIMANCHE 30 AVRIL 2017 Comme chaque année, ce dernier dimanche d'avril est consacré à la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation. La tragédie...
  • Congrès annuel de l'Amicale Nationale des Déportés Tatoués du Convoi du 27 avril 1944
    Philippe MARINI, Maire de Compiègne, Sénateur honoraire de l'Oise ; Joël DUPUY de MERY, Conseiller en charge des Relations avec l'Armée et les Associations patriotiques ; Danièle BESSIERE, Vice-Présidente de l'Amicale et Christophe DHAM, Vice-Président...
  • CNRD 2016-2017
    Comme chaque année, le site internet de l'UNADIF propose, aux élèves et aux enseignants, de nombreuses brochures d'aide à la préparation du concours L'épreuve individuelle (devoir sur table) aura lieu le vendredi 24 mars 2017 Rendez-vous sur le site UNADIF...
  • TRES BONNE ANNEE 2017
    Chères Amies, chers Amis, recevez mes meilleurs voeux pour l'année 2017 qui commence
  • Cérémonie au Mémorial de la France combattante
    SURESNES Dimanche 30 octobre 2016 Pas moins de 118 Drapeaux présents, lors de cette très émouvante cérémonie organisée par MEMOIRES DU MONT VALERIEN. 3 Drapeaux UNADIF-FNDIR étaient présents, 2 de l'Oise et 1 des Hauts-de-Seine. A l'année prochaine.....
  • Cérémonie à la Stèle FFI
    72ème anniversaire : Hommage aux Combattants de la Résistance tombés au cours des actions qui ont précédé la Libération de la ville de Compiègne en août 1944. Dimanche 28 août 2016 - 11 heures : Dépôt de gerbes et Appel des Morts au Monument des Résistants...
  • Congrès nationaux 2016
    Les deux grandes associations nationales de Déportés en congrès L'Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (UNADIF) et la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (FNDIR) Les congrès nationaux...
  • Les convois de la souffrance
    Sur une initiative des associations UNADIF - FNDIR, un projet de donner mémoire à un lieu de la barbarie nazie fut soutenu par le secrétariat d'Etat à la Défense, en charge des Anciens Combattants et de la Mémoire, par la municipalité de Novéant-sur-Moselle...

Histoire Et Evenements

Pour me contacter

3 moyens

pour me contacter :

1)- LE LIVRE D'OR est
à votre disposition
plus bas

2)- Rendez - vous plus haut, dans le module :
CONTACTEZ - MOI


3)- Vous pouvez aussi

ECRIRE UN COMMENTAIRE
 au bas de chaque article.

  ------

 

N'hésitez pas à

Inscrire vos commentaires,

remarques ou suggestions.

Prendre contact.

Poser des questions.

  Etc...

 

.

 

 

Ajoutez votre site  

 

 

 

 

____________

 

W

 

 

 

Catégories

LE LIVRE D'OR

pays des visiteurs

free counters

 

 

d'octobre 2009 à aujourd'hui

plus de 205 000 visiteurs de 147 pays

GRAND MERCI à toutes & à tous

 

 

 

-

 

 

 memorial wagon deportation
memorial wagon deportationmemorial wagon deportation arte passion
Arte Passion

---

 

 

 

MduWeb banniere 120.60 TOP DES SITES DANS LE MONDE Votez pour ce site

/ / /
février 2010
                          2

 

 

Le transport parti de Compiègne

le 24 janvier 1943,

 

arrivé au KL Sachsenhausen

le 25 janvier 1943

(1466 hommes)

 

et arrivé au KL Auschwitz

le 27 janvier 1943

(230 femmes).

 

~~

 

Les femmes parties le 24 janvier 1943 de Compiègne

et enregistrées le 27 janvier au KL Auschwitz

 

Les hommes partis le 24 janvier 1943 de Compiègne

et arrivés le 25 janvier au KL Sachsenhausen

 

 

Effectif recensé : 230 femmes - 1 466 hommes


Matricules extrêmes :

31625 – 31854 (à Auschwitz)

57784 – 59432 (à Sachsenhausen)


Situations :

Evadés durant le transport : 2 (0, 1 %)

Libérés par les autorités allemandes : 3 (0, 2 %)

Décédés et disparus en déportation : 181 (78, 7 %) 498 (34 %)

Rentrés de déportation : 49 (21,3 %) 890 (60, 7 %)

Situations non connues : 73 (5 %)

 

 

Le 24 janvier 1943, en gare de Compiègne, un nouveau train prend la

direction de l’Allemagne, emmenant 230 femmes et au moins 1 466 hommes.

Après le transport du 6 juillet 1942, composé principalement d’otages communistes,

c’est le second, formé de déportés arrêtés par mesure de répression, à

partir de ce lieu. Le suivant part au mois d’avril.

C’est, en quelque sorte, un transport « double », composé d’hommes et de

femmes, embarqués dans des wagons séparés et dont les destins divergent sur

le territoire allemand. Le train part en direction de Châlons-sur-Marne, puis Metz,

avant de pénétrer en Allemagne. Un arrêt est d’abord effectué à Weimar, puis à

Halle, où les wagons des hommes sont séparés de ceux des femmes, situés en

queue de train. Les hommes prennent alors la direction du KL Sachsenhausen où

ils entrent le 25 janvier, alors que les femmes sont emmenées vers le KL

Auschwitz, dans la partie de la Pologne annexée au Reich, où elles arrivent

dans la soirée du 26 janvier.

Les femmes arrêtées par mesure de répression de ce transport sont les

seules à avoir été dirigées vers le complexe d’Auschwitz. Les autres femmes

venant de France étaient des Juives déportées dans le cadre de la « solution

finale ».

Le 23 janvier 1943, 222 prisonnières quittent, en camion, le fort de Romainville

pour le camp de Compiègne où elles sont enfermées dans un bâtiment en

vue de leur départ. Là se trouvent 8 autres femmes : 6 d’entre elles avaient été

extraites de la prison de Fresnes et les deux autres du Dépôt. Le lendemain

matin, ces 230 femmes sont emmenées en camion à la gare de Compiègne

elles montent dans les quatre derniers wagons d’un train rempli, depuis la veille

au soir, par près de 1 500 hommes. Arrivées dans la soirée du 26 janvier, elles

ne descendent des wagons que le lendemain matin et entrent dans le camp de

Birkenau en chantant La Marseillaise. Elles sont immatriculées dans la série

des « 31000 ».

Ces déportées sont originaires de différents départements de la zone Nord

occupée et principalement de villes de plus de 10 000 habitants. Au moins

106 d’entre elles viennent de la région parisienne. La moitié de ces déportées

appartient à la classe ouvrière, un quart sont des commerçantes ou des

employées. On note aussi la présence de 10 institutrices et de 2 professeurs,

d’un médecin et d’une sage-femme, d’une dentiste et d’un reporter-photographe.

Plus de la moitié de ces femmes (119) sont communistes ou proches du

PCF. Elles sont pour 85 % d’entre elles des résistantes. Les autres ont été

arrêtées pour des raisons diverses dont 2 pour avoir tenté de passer la ligne de

démarcation. 45 d’entre elles sont des veuves de fusillés : elles avaient appris,

avant leur départ, l’exécution de leur mari par les Allemands comme otages, en

représailles des attentats organisés par les communistes contre les troupes

d’occupation. D’autres sont déportées en même temps que leurs maris,

enfermés dans les wagons destinés au KL Sachsenhausen : telle Joséphine

Bizzarri (« Mado ») arrêtée à Reims avec son époux, Claude Umido.

Dans ce convoi se trouve notamment Marie-Claude Vaillant-Couturier, qui

avait épousé Paul Vaillant-Couturier, le rédacteur en chef de L’Humanité mort

en 1937, puis Pierre Villon, un des dirigeants du Front National pour la liberté et

l’indépendance de la France. Elle avait été arrêtée en février 1942 alors qu’elle

servait d’agent de liaison entre la direction du PCF et les branches de la Résistance.

Simone Sampaix est la fille de Lucien Sampaix, secrétaire général de

L’Humanité, fusillé le 15 décembre 1941. Danielle Casanova, chirurgien-dentiste,

militante communiste mariée à Laurent Casanova, est la fondatrice

de l’Union des jeunes filles de France, rédactrice de La voix des femmes.

Hélène Solomon, fille du professeur Langevin et veuve de Jacques Solomon

fusillé le 23 mai 1942, qui devient député à son retour de déportation, militait

avec Danielle Casanova au sein du Front national universitaire. Maÿ Politzer est

l’épouse du philosophe Georges Politzer, rédacteur dans L’Université libre et La

Pensée libre, fusillé au Mont-Valérien le 23 mai 1942. Il faut noter, enfin, la

présence dans ce transport de Charlotte Delbo, secrétaire de Louis Jouvet

jusqu’en 1941, qui entre en résistance avec son mari Georges Dudach,

fusillé également le 23 mai 1942, et dont les recherches permettent de faire

l’histoire de ce transport.

Le sort des 230 femmes déportées est marqué par une mortalité

effrayante : seules 49 d’entre elles reviennent de déportation en 1945. Les

premiers mois suivant leur arrivée sont les plus meurtriers, en particulier à

cause de l’épidémie de typhus qui sévit dans le camp et des diverses formes

de « sélection » qui conduit les plus faibles dans les chambres à gaz. Charlotte

Delbo indique qu’elles ne sont plus que 70, le 10 avril 1943.

En juillet – le 16 pour Marie-Claude Vaillant-Couturier et le 24 pour ses

compagnes – les « 31000 » reçoivent le droit de correspondre avec leur

famille et de recevoir des colis.

Le 3 août, alors que 13 nouveaux décès ont été enregistrés, la plupart

des 57 dernières survivantes sont placées en quarantaine, dans une

baraque installée juste devant l’entrée du camp. Celle-ci servait notamment

  à mettre « à l’isolement, avant leur sortie, des Allemandes de droit commun

qui avaient purgé leur peine. » Les détenus politiques français de sexe

masculin rassemblés au camp principal connaissent à leur tour, un sort

semblable. Pourquoi cette quarantaine ? Les nazis ont-ils envisagé,

pendant un temps, le transfert de ces déportés vers des camps moins

durs ? Ce qui nécessitait qu’aucun ne soit touché par le typhus. Cette

quarantaine est-elle à mettre en relation avec les démarches entreprises par

les familles des « 31000 » auprès de la Croix-Rouge à la suite de la

réception, a` partir d’avril 1943, de plusieurs avis de décès les concernant ?

Ou est-elle due a` la diffusion, en mai 1943, d’un tract du Front national

révélant le départ des prisonnières de Romainville pour Auschwitz et les

conditions épouvantables de détention dans ce camp ? Tract dont le

contenu est repris par Fernand Grenier dans une émission de Radio-

Londres, le 17 août. Durant leur quarantaine, les « 31000 » sont exemptées

de travail, de marche, d’appel général et peuvent se laver. Cette période de

répit qui se termine en juin 1944, freine la mortalité du groupe des

survivantes : 5 décès sont à déplorer entre août et novembre 1943.

17 « 31000 » ne connaissent pas cette quarantaine, parce qu’elles ont été

affectées dans un Kommando de Raisko dont le régime est également plus

clément : un laboratoire où des chercheurs expérimentent la culture du koksaghiz,

une sorte de pissenlit dont la racine contient une forte proportion de

latex. Elles se sont fait inscrire comme laborantines ou jardinières.

Le 7 janvier 1944, 8 de ces dernières sont transférées vers le KL

Ravensbrück : 5 partent ensuite vers le Kommando de Beendorf, une mine

de sel dépendant du KL Neuengamme et 1 autre vers un Kommando du KL

Flossenbürg, 2 restant au KL Ravensbrück. Les 9 qui demeurent à Raisko sont

transférées au KL Ravensbrück le 16 août 1944, où elles retrouvent la plupart

de leurs camarades qui, placées en quarantaine à Birkenau, avaient réintégré le

régime général du camp en juin 1944, et avaient été emmenées au KL Ravensbrück le 3 août.

La majorité des 33 « 31000 », arrivées dans ce camp le 4 août, sont placées

au Block des détenues « Nacht und Nebel », ce qui signifie notamment qu’elles

ne sont pas transférées dans des Kommandos de travail extérieurs au camp

principal. Seule Adélaïde Hautval est envoyée à Watenstedt, dépendant du KL

Neuengamme, pour servir de médecin au Revier du camp, et cela de manière

temporaire, avant de revenir à Ravensbrück.

Par ailleurs, les 2 « 31000 » qui étaient restées au Revier de Birkenau

comme malades au moment des départs d’août vers Ravensbrück, connaissent

un parcours différent. Marie-Jeanne Bauer est libérée du camp par les Russes

le 27 janvier 1945. Marcelle Mourot rejoint, elle, le KL Ravensbrück dans un

transport du mois de novembre 1944. Puis, après un passage par le

Kommando d’Oranienburg, elle revient dans ce camp en février 1945.

Elles sont alors 44 à se trouver à Ravensbrück. 33 sont transférées le

4 mars 1945, dans un important transport vers le KL Mauthausen, composé

en majorité de détenus «NN» : 3 d’entre elles trouvent la mort lors de travaux

de déblaiement, à Amstetten, 30 sont libérées le 22 avril par la Croix-Rouge et

acheminées en Suisse. Les 5 femmes transférées à Beendorf sont libérées de

ce Kommando en mai 1945, tout comme celle partie vers le Kommando de

Flossenbürg, en Tchécoslovaquie. Hélène Solomon, arrivée avec ses camarades

de Raisko le 16 août, ne reste pas à Ravensbrück : transférée comme

infirmière dans une usine près de Berlin, puis au Kommando d’Oranienburg,

elle est libérée au cours de la « marche de la mort » d’évacuation. 11 sont donc

libérées du KL Ravensbrück en avril 1945, dont 8 les 22 et 25 par la Croix-

Rouge, avant d’être emmenées en Suède. Marie-Claude Vaillant-Couturier et

Heidi Hautval, restées au chevet de Simone Loche, gravement malade, sont

libérées à Ravensbrück par l’armée soviétique.


Les hommes de ce transport sont les premiers déportés partis de France à

être dirigés vers le KL Sachsenhausen, près de Berlin. Deux autres transports,

en avril et en mai 1943, prennent la direction de ce camp.

Deux motifs d’arrestation caractérisent le groupe des hommes : soit l’appartenance

(majoritaire) au PCF ou au Front National pour la liberté et l’indé

pendance de la France, soit le passage ou l’aide au franchissement de la ligne

de démarcation ou de la frontière espagnole. D’autres hommes de ce transport

sont également arrêtés pour leur appartenance à une organisation de résistance,

comme ces 8 membres du réseau Uranus-Kléber, spécialisé dans les

filières d’évasion, arrêtés en Meurthe-et-Moselle pour leur aide notamment à

des prisonniers de guerre évadés. Enfin, le cas de Marcel Leboucher indique

que le transport comprend également des otages arrêtés par mesure de repré-

sailles à la suite d’attentats commis contre les troupes allemandes.

La présence de communistes explique qu’un cinquième, de ceux pour

lesquels nous connaissons la date d’arrestation, est arrêté entre 1939 et fin

1941, à la suite de l’interdiction du PCF et de la répression de ses militants et de

ses sympathisants. Des arrestations ont lieu dans la zone Nord occupée,

surtout dans la Seine, mais aussi dans l’Oise, la Somme, la Haute et Basse-

Normandie, la Bretagne ou encore la Charente et la Charente-Maritime, où plus

de 40 membres du Front National sont arrêtés entre août et septembre 1942,

notamment après des distributions de tracts à Royan le 18 juin 1942. En Indre et-

Loire, ce sont une cinquantaine de communistes, tous ouvriers dans une

usine de Tours, qui sont appréhendés pour «reconstitution de ligues communistes»

et distributions de tracts.

Les tentatives de passage de la frontière espagnole expliquent que des

arrestations s’effectuent également dans les Pyrénées-Orientales, les

Basses-Pyrénées ou les Landes. De même, du fait cette fois du passage de

la ligne de démarcation, beaucoup d’hommes sont interpellés dans la Vienne,

le Cher, l’Allier, la Saône-et-Loire, le Doubs, etc.

Après leur arrivée à Sachsenhausen, la plupart des hommes sont, soit

affectés à des Kommandos, soit transférés dans d’autres KL. Ainsi, plus de

600 d’entre eux sont affectés, entre février et octobre 1943, au Kommando

Heinkel, le plus important à dépendre de ce camp de concentration et où

sont fabriquées des pièces d’avion. D’autres transferts, moins importants,

sont organisés vers les Kommandos de Falkensee, Klinker et Speer. Plus de

170 déportés sont transférés au KL Buchenwald, durant l’été 1943 et le mois de

février 1945 ; au moins 80 partent le 14 juillet 1944 vers le KL Dachau, où ils

sont immatriculés dans la série des « 80000 » ; alors que des effectifs moins

importants sont envoyés vers les KL Flossenbürg, Mauthausen, Neuengamme,

Ravensbrück ou Natzweiler.

Au total, avec des différences selon ces parcours, un peu plus d’un tiers

des hommes de ce transport ne reviennent pas de déportation. Parmi eux,

citons le cas des fusillés du 11 octobre 1944, pour leur activité résistante au

sein du camp.

 

 

 

 

Thomas Fontaine, Guillaume Quesnée.

 

 

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

 

 

Ces pages sont extraites du :

 



LIVRE-MEMORIAL

des déportés de France

arrêtés par mesure de répression

et dans certains cas par mesure de persécution

1940-1945

 


Fondation pour la Mémoire de la Déportation

 

 

 

 

(c) copyright 2004 - Editions Tirésias

 

 

 

 

 

 

 

(c) tous droits réservés

 

Partager cette page

Repost 0
Publié par