Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Contact

  • : Mémorial du wagon de la déportation
  • Mémorial du wagon de la déportation
  • : Pérenniser la mémoire de la déportation par le transport ferroviaire par la réalisation d'un Mémorial devant avoir pour bases deux wagons conformes à ceux utilisés au départ de Compiègne entre 1942 et 1944. Dans le respect absolu de la vérité historique, qui n'est pas le cas actuellement.
  • Contact

Présentation

  • Gérard BOCQUERY
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.
  • Gardien et passeur de Mémoire. Défenseur du respect de la vérité historique. Créateur et administrateur de ce site dédié à la Mémoire de la Déportation.

 

 

 

 

 

0001

 

 

La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu'un individu. (Ferdinand LOT)

 

____________________________________

MduWeb banniere 120.60

 

 

 

Click for Compiègne, France Forecast
 
 __________________
Le contenu de ce site
est protégé par la loi

sceau1anreproduction
rigoureusement
interdite


Droits d'auteur déposés
enregistrement
n° 00047937

Copyright Gérard BOCQUERY
__________________________
 

 

 

 

.
 

Recherche

CNRD

2016-2017

CLIC ICI

 


CONVOI DE NUIT

 

PLUS JAMAIS CA !

120px-Red triangle French svg

N'OUBLIONS JAMAIS !

convoi-arriv-e-de-nuit-wagon.jpg

 

 

 

croix de lorraine le déporté

Pensez à votre référencement gratuit.

Agenda

 

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

 

 

C N R D 

 

 

 

 


~~

 

 

 

 

 

 

 
18 juin 1940 - 18 juin 2017
18 juin de gaulle77ème anniversaire

 

______________________________

 

 

 

Convoi-du-15-mars-1943.jpgN'OUBLIONS JAMAIS !


______________________________

 

 

 

 

-

 

CONDAMNATIONS d'Alain Lorriaux & de l'Association

Mémorial du Wagon de la Déportation

 

TGI - Condamnation en derniere instance du 5 septembre 2013

 

TGI - Condamnation du 6 mai 2014

__

Derniers Articles Publiés

  • Congrès 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR
    Les CONGRES NATIONAUX 2017 de l'UNADIF et de la FNDIR ont lieu du 30 juin au 3 juillet à GRENOBLE Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de Disparus Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance
  • 77ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940
    DIMANCHE 18 JUIN 2017 Commémoration dans toutes les communes de France du 77ème anniversaire de L'APPEL HISTORIQUE DU GENERAL DE GAULLE à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi. Le 19 mars 2006 a été publié au Journal Officiel n°...
  • Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation
    MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DU SOUVENIR DES VICTIMES ET HEROS DE LA DEPORTATION DIMANCHE 30 AVRIL 2017 Comme chaque année, ce dernier dimanche d'avril est consacré à la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation. La tragédie...
  • Congrès annuel de l'Amicale Nationale des Déportés Tatoués du Convoi du 27 avril 1944
    Philippe MARINI, Maire de Compiègne, Sénateur honoraire de l'Oise ; Joël DUPUY de MERY, Conseiller en charge des Relations avec l'Armée et les Associations patriotiques ; Danièle BESSIERE, Vice-Présidente de l'Amicale et Christophe DHAM, Vice-Président...
  • CNRD 2016-2017
    Comme chaque année, le site internet de l'UNADIF propose, aux élèves et aux enseignants, de nombreuses brochures d'aide à la préparation du concours L'épreuve individuelle (devoir sur table) aura lieu le vendredi 24 mars 2017 Rendez-vous sur le site UNADIF...
  • TRES BONNE ANNEE 2017
    Chères Amies, chers Amis, recevez mes meilleurs voeux pour l'année 2017 qui commence
  • Cérémonie au Mémorial de la France combattante
    SURESNES Dimanche 30 octobre 2016 Pas moins de 118 Drapeaux présents, lors de cette très émouvante cérémonie organisée par MEMOIRES DU MONT VALERIEN. 3 Drapeaux UNADIF-FNDIR étaient présents, 2 de l'Oise et 1 des Hauts-de-Seine. A l'année prochaine.....
  • Cérémonie à la Stèle FFI
    72ème anniversaire : Hommage aux Combattants de la Résistance tombés au cours des actions qui ont précédé la Libération de la ville de Compiègne en août 1944. Dimanche 28 août 2016 - 11 heures : Dépôt de gerbes et Appel des Morts au Monument des Résistants...
  • Congrès nationaux 2016
    Les deux grandes associations nationales de Déportés en congrès L'Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (UNADIF) et la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (FNDIR) Les congrès nationaux...
  • Les convois de la souffrance
    Sur une initiative des associations UNADIF - FNDIR, un projet de donner mémoire à un lieu de la barbarie nazie fut soutenu par le secrétariat d'Etat à la Défense, en charge des Anciens Combattants et de la Mémoire, par la municipalité de Novéant-sur-Moselle...

Histoire Et Evenements

Pour me contacter

3 moyens

pour me contacter :

1)- LE LIVRE D'OR est
à votre disposition
plus bas

2)- Rendez - vous plus haut, dans le module :
CONTACTEZ - MOI


3)- Vous pouvez aussi

ECRIRE UN COMMENTAIRE
 au bas de chaque article.

  ------

 

N'hésitez pas à

Inscrire vos commentaires,

remarques ou suggestions.

Prendre contact.

Poser des questions.

  Etc...

 

.

 

 

Ajoutez votre site  

 

 

 

 

____________

 

W

 

 

 

Catégories

LE LIVRE D'OR

pays des visiteurs

free counters

 

 

d'octobre 2009 à aujourd'hui

plus de 205 000 visiteurs de 147 pays

GRAND MERCI à toutes & à tous

 

 

 

-

 

 

 memorial wagon deportation
memorial wagon deportationmemorial wagon deportation arte passion
Arte Passion

---

 

 

 

MduWeb banniere 120.60 TOP DES SITES DANS LE MONDE Votez pour ce site

/ / /

mars 2010

 

 

19

 

 

 

 

Le transport parti le 27 avril 1944 de Compiègne

et arrivé au KL Auschwitz-Birkenau le 30 avril 1944

 

Effectif recensé :

Estimé au départ : 1 670 hommes

Recensé : 1 653 hommes

 

Matricules extrêmes : 184936186590

 

Situations :

Décédés durant le transport : 3 (0,2 %)

Libérés par les autorités allemandes : 2 (0,1 %)

Décédés et disparus en déportation : 816 (49,6 %)

Rentrés de déportation : 800 (48,2 %)

Situations non connues : 32 (1,9 %)

 

 

 

Parti de Compiègne dans la matinée du 27 avril 1944, à cent par wagon à

bestiaux, c’est le troisième convoi de non-juifs qui, directement, est allé à

Auschwitz. Il y arrive le 30 avril au soir. 1655 détenus sont immatriculés, des

numéros « 184936 » à « 186590 ». D’après les recherches effectuées dans les

registres reconstitués de Compiègne, une quinzaine de déportés supplémentaires

partent dans ce transport sans qu’on puisse les retrouver ensuite : ils sont

donc décédés avant l’arrivée au camp. Le nombre de partants devait donc être

de 1670. Il n’y eut aucune évasion connue pendant le transport. Un déporté,

Louis Boverie, au moins décède avant d’avoir été immatriculé, exécuté par un

SS à la descente du train alors qu’il a tenté de s’évader en prenant une moto.

Il faut quatre jours et trois nuits de voyage dans des wagons à bestiaux pour

arriver, le 30 avril, en fin d’après-midi, à la gare d’Auschwitz-marchandise, la

ligne de chemin de fer conduisant les détenus à l’intérieur du camp n’étant pas

encore opérationnelle. « La première journée, de Soissons à Charleville-

Mézières, les villes se succédaient en direction du nord-est alors que la

matinée de la seconde journée marquait une descente vers le sud-est,

jusqu’à Metz, suivie l’après-midi d’une remontée nord/nord-est qui faisait

pénétrer le convoi en Allemagne, par Trèves. Les troisième et quatrième

jours, l’itinéraire s’incurvait à travers l’Allemagne : Giessen, Weimar, Dresde,

puis le train filait à toute vapeur vers (...) la Pologne. »

Les déportés sont d’abord parqués dans deux baraques du camp Canada

de Birkenau, sur la terre nue, tout près du complexe chambre à gaz-crématoire

IV. Après le tatouage (sur l’avant-bras gauche) et le passage à la désinfection,

ils sont transférés au camp BIIb au bout de quelques jours.

Le vendredi 12 mai, un train est formé près de la porte principale du camp. Il

emmène 1561 de ces déportés, à 60 par wagon, vers le KL Buchenwald où il

arrive le 14 mai au matin. Sur les 94 malades resté à Auschwitz-Birkenau,

17 rejoignent Buchenwald quelques jours après et 12 autres y sont transférés le

1er octobre 1944. Au moins 43 des 65 personnes restées à Auschwitz ne

rentrent pas de déportation ; 19 décèdent en mai 1944.

A leur arrivée au KL Buchenwald, après un nouveau passage obligé à la

désinfection et l’attribution de matricules (de 52401 à 54019), les déportés sont

entassés, pour la plupart, au block 57 du petit camp. Le 24 mai, 1 000 d’entre

eux partent au KL Flossenbürg où ils sont à nouveau immatriculés de 9312 à

10311, puis répartis dans divers Kommandos : Floha, Janowitz, Hersbrück, etc.

Sur ce groupe, 617 ne reviennent pas.

Les 590 autres, restés au camp de quarantaine de Buchenwald, soit

montent au grand camp, soit sont éparpillés dans une quinzaine de

Kommando et de camps extérieurs : Dora, Schönebeck, Langenstein,

Weimar, etc. Sur ce groupe, on compte 161 décès, soit un pourcentage deux

fois moindre que dans le groupe parti à Flossenbürg.

Pour l’ensemble de ce transport, il y eut 822 décédés. Précisons, par

ailleurs, que deux déportés sont libérés de ces camps de concentration : le

premier l’est le 7 juin 1944 du KL Buchenwald et il rentre en France parce que

son absence est préjudiciable à la bonne marche de son usine ; le second l’est

le 9 octobre 1944 du KL Flossenbürg pour être mis au travail à Erbendorf, sans

que l’on connaisse les raisons de ce régime de faveur.

Ce transport est surtout resté célèbre sous le nom de « Convoi des

tatoués » à cause d’une polémique concernant les raisons pour lesquelles il

avait été envoyé à Auschwitz : soit pour que les déportés y soient exterminés,

soit par manque de place à Buchenwald, soit enfin pour qu’ils y soient versés

dans des Kommando de travail comme le seront des Français d’autres transports

venant de Dachau ou de Mauthausen en novembre 1944.

Aucun document n’a été trouvé confirmant ou infirmant l’une de ces thèses,

mais les déportés ayant été tatoués dès leur arrivée à Birkenau, la première

hypothèse est à écarter car les SS ne tatouaient pas ceux qui étaient destinés à

la chambre à gaz.

Quant à la seconde, celle d’un manque de place à Buchenwald, la longue

attente en gare de Weimar et le court séjour à Auschwitz, comme en transit, la

rendent plausible. Un autre fait plaide en faveur de cette thèse : les listes. En

effet, à l’arrivée d’un transport, une liste des arrivants est dressée par l’administration

du camp et renvoyée au Befehlshaber der Sicherheitspolizei (BDS) de

Paris, qui s’est chargé de la déportation des détenus, comme une sorte de reçu.

Pour ce transport, un exemplaire a été retrouvé, dressé le 6 juin 1944 à

Buchenwald et numéroté de 100 à 1677. Cette liste comporte 1578 noms ;

les 99 manquants ayant été remplacés par des détenus polonais ou tchèques

qui n’ont rien à voir avec le transport, mais qui permettent d’avoir une comptabilite

´ « en règle ». Ainsi, pour le BDS Paris, un convoi de 1677 déportés parti de

Compiègne est arrivé à Buchenwald, comme si l’épisode d’Auschwitz n’avait

jamais existé.

Par contre, dans le dossier complet d’un détenu ayant été libéré à Flossenbürg,

retrouvé au siège de la gestapo de Berlin et conservé au bureau des

archives du monde combattant à Caen, figure sur sa fiche d’entrée à Auschwitz

le tampon « Meerschaum » (Ecume de mer) qui était le nom de code des

transports de déportés destinés au travail. Cela viendrait confirmer la

dernière hypothèse.

L’étude des registres reconstitués d’entrée au camp de Compiègne permet

de donner un premier aperçu de la composition de ce transport, et notamment

de l’origine géographique des déportés. Un cinquième d’entre eux environ,

arrive à Compiègne en provenance des prisons parisiennes et de la Seine.

Proches de la capitale, les prisons de Rouen (représentant un peu plus de

7 % des déportés de ce transport) et de Blois (avec notamment des arrivées

importantes vers le 20 février 1944 entre les matricules « 27600 » et « 28000 »)

se distinguent dans ces listes. Un quart des déportés sont originaires du grand

ouest français : ce sont surtout les prisons du Finistère, du Morbihan, de Loire-

Inférieure, de Gironde et de Haute-Garonne, qui les envoient vers Compiègne.

A l’inverse, ils sont moins de 20 % à provenir de l’Est de la France (dont un

groupe de Savoie). Enfin, et en dehors des arrivées diverses et de celles non

identifiées, mais en continuant de suivre les points cardinaux, il faut noter

l’arrivée d’une cinquantaine de personnes de la prison de Marseille et de

soixante-dix autres du Pas-de-Calais. Au total, on le voit, les origines sont

diverses et elles couvrent, avec des écarts numériques qui peuvent toutefois

être importants, l’ensemble du territoire. En cela, la composition de ce transport

s’inscrit parfaitement dans celles des autres qui partent durant cette période du

camp de Compiègne.

L’étude des dates d’arrestation semble indiquer que ces prisons se vident

au fur et à mesure que les arrestations s’accélèrent sur le territoire. En effet,

plus des trois-quarts des déportés de ce transport sont arrêtés dans les six mois

qui précèdent le départ. Moins de 5 % le sont en 1940, 1941 et 1942, et un peu

plus de 7 % entre janvier et juin 1943. Par ailleurs, la courbe se modifie surtout

nettement à partir de janvier et de février 1944, ces deux mois concentrant

47,3 % des arrestations ; contre 19,9 % ensuite et 21,1 % précédemment, de

juillet à décembre 1943. Les arrivées au camp de Compiègne ont donc surtout

lieu en mars-avril 1944.

Cette chronologie est évidemment à rapprocher de celle de l’évolution du

conflit mondial et de l’occupation allemande en France. Les actions menées

contre cette dernière s’accélèrent en effet à partir de la fin de l’année 1943, et

les arrestations se multiplient d’autant. Parmi celles-ci et à titre d’exemple, une

étude menée à partir de listes de l’amicale des déportés de ce transport, portant

sur plus de 20 % d’entre eux, permet de faire ressortir la part importante des

résistants représentant plus de 70 % des motifs connus. On y retrouve, pour

moitié des membres de réseaux de résistance et, pour un quart, des membres

de mouvements ; le dernier quart étant constitué de résistants liés au parti

communiste et au Front National. Se distinguent notamment, pour les

réseaux, ceux dits Buckmaster, liés aux services britanniques, ou les réseaux

Turma-Vengeance, Jade, Brutus, Castille, Marie-Odile ; et pour les mouvements

de zone Nord, Ceux de la Résistance, Libération-Nord ou l’Organisation

civile et militaire, sans oublier le Front National.

Notons également qu’un certain nombre de personnalités marquantes de la

Résistance, dont plusieurs devinrent ministres ou grands serviteurs de l’Etat,

font partie de ce transport. Et si l’on se replace au moment de son départ,

rappelons qu’il emmène en déportation, notamment, Marcel Paul, ancien

conseiller général de Paris et résistant dans l’Organisation spéciale du parti

communiste ; le responsable des FTP de la région Ile-de-France, Robert

Darsonville, ainsi qu’un certain nombre de ses adjoints ; les parlementaires

François Beaudoin, député de la Moselle, résistant dans le réseau Cahors-

Asturies, et Louis Destraves, ancien député -maire de Houilles dans les

Yvelines ; le journaliste au Temps Rémy Roure ; le propriétaire de L’Indé -

pendant de Perpignan, Georges Brousse ; le polytechnicien et neveu de

l’amiral, Georges Thierry d’Argenlieu ; le comte Paul Chandon-Moët ; les

poètes Robert Desnos et André Verdet ; le peintre Léon Delarbre, conservateur

du musée des Beaux-Arts de Belfort ; etc. Trois « tatoués » ont par ailleurs été

nommés Compagnons de la Libération : Rémy Roure, André Boulloche,

délégué militaire de la France Libre pour Paris et sa région ; et son adjoint

Ernest Gimpel. Arrêté au début du mois de janvier 1944, André Boulloche,

blessé par balle au cours de son interpellation, est opéré à l’hôpital de la

Pitié avant d’être interrogé et déporté par les Allemands.

 

 

 

Paul Le Goupil

 

 

 

~~~~~~

 

 

 

Ces pages sont extraites du :

 

 

LIVRE-MEMORIAL

des déportés de France

arrêtés par mesure de répression

et dans certains cas par mesure de persécution

1940-1945

 

 

 

Fondation pour la Mémoire de la Déportation

 

 

 

 

 

© copyright 2004 - Editions Tirésias

Partager cette page

Repost 0
Publié par